Expéditions

Afin de démontrer que les Aborigènes sud-américains furent capables de naviguer jusqu’aux îles de l’océan, Thor Heyerdahl réalisa une expédition depuis le Pérou jusqu’en Polynésie à bord d’un radeau en troncs de balsa appelé Kon-Tiki. Il réalisa la première expédition archéologique aux îles de Galapagos où il découvrit les vestiges d’établissements préhistoriques et redécouvrit les principes de la manœuvrabilité des radeaux par les Aborigènes d’Équateur. Il organisa une expédition archéologique norvégienne à l’île de Pâques et à l’Est du Pacifique, révélant des stéréotypes culturels marqués ayant des correspondances en Amérique du Sud et introduisit ainsi l’archéologie moderne à l’Est de la Polynésie (1955-56). Il poursuivit ses recherches  et signa plusieurs articles sur la culture et les migrations en Polynésie (1955-56). Après ses expériences dans le Pacifique, il concentra son attention sur l’Océan Atlantique. En 1969, il entreprit des études sur les possibilités de navigation à bord de radeaux construits en jonc et, en 1970, il construisit et voyagea sur le Ra II depuis Safi (Maroc) à Barbados avec des membres d’équipage de différents pays. Il continua ses recherches sur la navigation préhistorique en construisant et en naviguant avec une embarcation de type sumérien, le Tigris, et, avec un équipage de 11 hommes de différents pays, il navigua depuis Al-Qurnah (Irak) en passant par la Vallée de l’Indus jusqu’à son arrivée à l’État de Djibouti en Afrique (1977-78).     

Il organisa des expéditions archéologiques aux îles Maldives où il découvrit des ruines de temples bouddhistes et Hindous antérieurs à l’établissement musulman du XIIème siècle, 1982-84. Il organisa également des expéditions archéologiques norvégien-chiliennes à l’île de Pâques, fouilla plusieurs murailles de type pré-incaïque et dirigea des expériences pour transporter les gigantesques statues en exposition verticale, 1986-88. Il organisa le projet norvégien-péruvien d’étude du complexe pyramidal le plus grand d’Amérique du Sud, à Tucume (Pérou), découvrant les évidences de l’existence d’une culture pré-incaïque fondée sur la pêche et le commerce maritime, ainsi que des reliefs d’hommes-oiseaux naviguant dans de grandes embarcations de jonc, 1988-94. Il fonde dès 1990 un projet hispano-norvégien aux Îles Canaries, protégeant les structures pyramidales de Güimar (Ténériffe) et présidant le Comité Scientifique International de la fondation FERCO (Fondation pour l’Exploration et la Recherche sur l’Origine des Cultures). 

Vous pouvez obtenir plus d'information sur notre Politique de Cookies.

Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour faciliter votre navigation. Si vous continuez, nous entendons que vous acceptez l'utilisation de cookies.